Rapport d’activité

L’année 2020 – Rétrospective 2013 – 2020 et Perspectives 2021

1 / L’année 2020

1.1 : Cinq projets ont été soutenus par Fonreal au cours de l’exercice pour un montant total de 134,2 K€:
i) en mai, dans le contexte de la pandémie, lancement par Fonreal, sur son site internet remis à jour, d’une campagne exceptionnelle d’appel à dons pour financer la préparation de paniers-repas par des organisations du monde associatif déjà actives dans ce secteur (principalement La Table de Cana), puis leur distribution par les grands réseaux caritatifs déjà engagés dans l’aide aux personnes fragilisées. Cette collecte, atypique dans l’histoire de Fonreal a rassemblé 57 donateurs et s’est élevée à 18 K€ . FONREAL a, par ailleurs, puisé sur ses réserves pour abonder les sommes reçues au titre de cette campagne pour un montant de 24,8 K€.
ii) en juin, acquisition d’un équipement frigorifique pour chambre froide par la Banque Alimentaire (BA) des Pyrénées Orientales en vue de développer l’activité de ramasse et l’approvisionnement en fruits et légumes de nouvelles structures au plan régional. La subvention Fonreal a été de 8,5 K€). L’objectif annoncé est de traiter 50 à 70 T supplémentaires/an.
iii) au cours du même mois, acquisition d’un camion épicerie mobile (en liaison avec la Croix Rouge Française) par la BA de Touraine. Cette épicerie itinérante desservira 10 communes au sud de Tours, en incluant deux points de distribution accessibles à la population étudiante. Cette opération viendra renforcer un dispositif de même nature déjà mis en place pour des communes du nord de l’agglomération. Fonreal a subventionné cette opération à hauteur de 15 K€). L’impact du projet est principalement social/sociétal.
iv) en octobre, remplacement par la BA des Ardennes d’un camion frigorifique de 19 T (avec chambre positive et négative). La subvention de Fonreal a été de 20 K€. La BA a pour objectif de traiter à terme 25 à 30 T supplémentaires/an.
v) au cours du même mois, acquisition par la BA de Charente Maritime de deux utilitaires frigorifiques de 3,5 T. La subvention de Fonreal a été de 47,7 K€. L’objectif annoncé est de traiter à terme 120 T supplémentaires/an.

1.2 : D’une manière plus générale, l’exercice présente une image contrastée, en partie en raison de la pandémie, mais aussi du fait de la prolongation de tendances plus anciennes :
i) en ce qui concerne les emplois, on aura noté un nombre de projets soutenus et de subventions accordées relativement élevés (cf. 1.1 ci-dessus) par rapport aux deux années précédentes.
ii) en sens contraire, FONREAL, dans le prolongement d’une tendance observée depuis 2017, le montant des dons reçus, 72,4 K€ est légèrement en retrait sur celui de l’année précédente.

1.3 : Au plan de la gouvernance, le Comex du 17 Décembre a pris acte de la décision du Président de quitter l’ensemble de ses fonctions au sein de Fonreal au 31/12/2020. Il a remercié Patrick De Giovanni pour son engagement au cours de ses trois années et demie de mandat.

2 / Rétrospective 2013 – 2020

2.1: La création de la Fondation, ses principes fondateurs, son fonctionnement.
i) L’initiative prise en 2013 partait d’un constat simple : Les quantités de denrées consommables mais non commercialisables qui sont jetées et détruites chaque jour en France dépassent très largement les capacités opérationnelles des associations d’aide alimentaire et, en tout premier lieu, des Banques Alimentaires. Chaque jour, des produits alimentaires consommables sont ainsi jetés, détruits alors même que des personnes et familles en situation d’exclusion doivent au quotidien choisir entre dépenses alimentaires et autres dépenses contraintes.
ii) Fort de ce constat, la création de Fonreal visait à agir dans le domaine de la lutte contre la précarité et le gaspillage alimentaires. Sa mission est en effet de soutenir des structures associatives et de l’Économie Sociale et Solidaire : – qui sont des opérateurs de collecte (auprès des hyper et supermarchés, des industries agroalimentaires et des agriculteurs) ou de redistribution de denrées alimentaires au profit de populations en difficulté, – qui fondent leur action sur des valeurs de gratuité, de don, de partage, de bénévolat et de mécénat.
Pour ce faire, FONREAL collecte, en amont, des fonds principalement auprès de donateurs privés, mais aussi des personnes morales, et les redistribue pour le co-financement de projets visant à augmenter la capacité d’intervention des opérateurs mentionnés ci-dessus.
L’expérience acquise par les Banques Alimentaires, acteurs principaux de ce maillon essentiel de l’aide aux plus démunis, permettait d’estimer qu’avec 1 € de don, une association pouvait s’équiper afin de récupérer l’équivalent de 8 € de denrées alimentaires consommables. Les dons étaient éligibles aux déductibilités fiscales habituelles qui sont attachées aux dons effectués, par exemple, par l’intermédiaire de la Fondation de France.
À l’initiative de la Fédération Française des Banques Alimentaires (FFBA), la Fondation pour le Renforcement de l’Aide Alimentaire, Fonreal, a donc été créée le 22 avril 2013, par trois fondateurs : Henri Moulard, qui en fût le premier président, Henry Herman et Charles-Henri Philippi. Fondation privée et indépendante, elle est abritée par la Fondation de France.
iii) Sur la base de campagnes d’appels à projets, et après examen par le Délégué Général, le COMEX (tel que décrit sous l’onglet « Gouvernance » dans la barre d’accueil) se prononce sur le choix des projets à financer. Les critères d’éligibilité retenus pour la pré-sélection des demandes de financement ont progressivement été étendus pour permet de couvrir des projets qui, outre ceux susceptibles d’augmenter la capacité d’intervention des opérateurs de collecte, soit répondent à des critères qualitatifs de type « utilité sociale » (aide alimentaire aux populations en difficulté, avec sa dimension territoriale, sociale, économique – principe de gratuité-, ou sociétale – lutte contre le gaspillage -), soit pourraient être porteurs d’images d’exemplarité.
Tous les projets sont mis en œuvre sur le territoire français (outre-mer compris). L’intervention de Fonreal est réputée avoir une fonction d’amorçage pour des financements tiers : mécénat, financements publics, partenariats publics-privés. Le financement porte prioritairement sur des investissements mais peut également contribuer aux frais opérationnels liés à l’investissement en phase de démarrage (3 ans maximum). Les associations financées s’engagent à fournir annuellement et sur trois ans, un certain nombre d’indicateurs (budget, tonnages supplémentaires ramassés, frais de fonctionnement, mesure d’impact « utilité sociale », …) permettant à FONREAL de suivre la bonne réalisation des projets.

2.2: Les réalisations

montants dons et financement FONREAL 2013 à 2020

2.2.1 : Les emplois :

i) pour l’année 2020 : voir sous 1.1 ci-dessus

ii) pour la période 2013- 2019 : voir sous l’onglet « Nos réalisations » dans la barre d’accueil

2.2.2 : En ce qui concerne les ressources, les dons cumulés se sont élevés, sur la période, à 1 741 000 €. 90% de ce montant représente des dons de personnes physiques, une cinquantaine au départ, ramenés, pour l’essentiel, à une demi-douzaine à la dernière époque. Aussi, au cours des 4 dernières années, le montant annuel des dons est 3 fois inférieur à celui des 4 premières années de la Fondation, essentiellement en raison du décès ou du départ de ses principaux donateurs. Sur la période, le renouvellement de son fichier de donateurs pour compenser un phénomène naturel d’attrition a été une préoccupation majeure de la Fondation. Cette identification de nouveaux cercles de donateurs, le lancement d’actions de prospection auprès de ceux-ci et leur pérennisation est le principal défi qui se présente à Fonreal pour les années à venir.

3 / Perspectives 2021

3.1 : L’environnement dans lequel opère FONREAL évolue :
Du fait de la pandémie, le nombre des personnes sollicitant une aide alimentaire est en nette augmentation. L’aide alimentaire constitue, plus que jamais, un soutien d’urgence indispensable mais aussi un levier efficace de prise de contact avec des populations marginalisées.
Sur les plans technique et logistique, les associations soutenues constatent des évolutions notables : – la collecte auprès des Grandes et Moyennes Surfaces se stabilise, mais le rôle des plateformes logistiques régionales va grandissant – une très forte augmentation conjoncturelle du nombre de personnes contraintes de recourir à une forme d’aide alimentaire et la perspective de voir les quantités de denrées à traiter dans le cadre des aides européennes (FEAD) augmenter de 50% pour les 5 prochaines années, – l’usage de logiciels de gestion de l’offre et de répartition des denrées devient indispensable et se développe fortement, permettant de capter, au plus près des fournisseurs et des besoins, des offres de détail supplémentaires.
Sur le plan réglementaire, une tendance se dessine vers une interprétation plus stricte de l’obligation de diversification à laquelle sont tenues les fondations dans le choix des organismes bénéficiaires de leurs subventions. FONREAL se devra d’élargir d’avantage, au-delà du cercle des Banques Alimentaires, l’éventail des organismes avec lesquels elle noue des coopérations.
3.2 : Compte tenu de ces éléments, Fonreal envisage à la fois de renforcer ses capacités d’analyse et d’intervention pour identifier et sélectionner des projets pertinents au-delà des Banques Alimentaires. Cette réorientation pourrait s’inscrire dans le cadre d’un processus d’appels à projets auprès de toutes les associations d’aide alimentaire et d’une relance vigoureuse du processus d’appel aux dons. Jusqu’alors très concentré sur quelques relations interpersonnelles, ce processus, pour être pérenne, devrait s’appuyer : – sur une image plus affirmée et une notoriété portée par la voix de son président – sur une communication efficace et notamment sur une présence ciblée (entrepreneurs, cadres de direction, actifs ou retraités,…) dans les médias et les réseaux sociaux. – sur la rénovation complète du site internet.
L’objectif proposé est de retrouver un niveau annuel de 250 000 € de dons annuels, permettant de co-financer de 4 à 6 projets chaque année. Cet objectif ne pourra être atteint que par étapes mais un premier palier de 100 000 € devrait constituer une ambition raisonnable pour l’exercice 2022, l’année 2021 se présentant comme une période de transition et de mise en place du nouveau modèle.
L’expérience accumulée depuis 8 ans, avec 70 projets examinés dans des contextes de plus en plus diversifiés mais toujours centrés sur l’alimentation des personnes précaires et la lutte contre le gaspillage ainsi que sur la volonté affichée d’encourager et d’appuyer des initiatives originales, proches du terrain et provenant des horizons les plus divers, devraient constituer une base solide pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un tel programme.